12 mars 2008

Les cadeaux.

Une chose très compliquée que le cadeau, aussi bien pour celui qui l'offre que pour celui qui le reçoit.

 

Du point de vue de celui qui l'offre, c'est une lourde tâche que de trouver ce qui fera plaisir au "victime", et surtout de trouver ce qui ne lui déplaira pas, c'est déjà beaucoup précis. Parce que le cadeau qui fait vraiment plaisir, c'est généralement le cadeau désigné par la personne quelque temps auparavant - à moins qu'elle n'ait montré un tas de choses qui lui plairaient, et que donc l'offrant n'a que l'embarras du choix, sachant que des choses lui plairont sûrement plus que d'autres. Alors que le cadeau qui déplaît carrément, c'est beaucoup plus facile à trouver (y penser pour vos ennemis!) mais beaucoup moins pratique pour se faire des amis.

 

  • Si le cadeau plaît réellement : merveilleux! Même s'il n'y a pas eu beaucoup d'originalité dans le choix du cadeau car celui-ci a été désigné par le bénéficiaire deux jours à l'avance avec les mots "j'aimerais bien que tu m'achètes ça pour mon anniversaire", ça n'a pas d'importance : vous avez acheté un cadeau, le cadeau lui plaît, c'est absolument génial, et en plus le bénéficiaire sera heureux car il verra que ce qu'il vous dit est pris en compte et que vous l'écoutez. Surtout si c'est une gente demoiselle, elle risque de beaucoup apprécier le geste.
  • Si le cadeau plaît moyennement : d'abord vous avez peu de chances de le savoir tout de suite, à cause de ce qu'on verra plus tard. Mais ça se verra : si c'est un vêtement, le bénéficiaire le portera assez peu, et seulement en votre présence - il sera souvent dans le lave-linge! Un objet, et il accumulera un peu de poussière de temps en temps! Mais rien n'est perdu : c'est souvent quelque chose qui plaît moyennement sur le moment, mais qui se révèle très utile quelque temps après, par exemple un vêtement qui lui déplaît peut-être un peu mais qui lui va très bien, et elle pourra facilement en être convaincue.
  • Si le cadeau ne plaît pas du tout, mais alors vraiment pas, deux options : soit le bénéficiaire tente de vous faire croire le contraire, soit il vous dit franchement que ça ne lui plaît pas et c'est retour au magasin, ticket de caisse, échange. Parfois la meilleure solution possible, car au moins le bénéficiaire est sûr de repartir avec quelque chose qui lui fait plaisir!

Or, un cadeau, ça s'offre à quelle occasion? N'importe laquelle en fait. Ca peut être un anniversaire, une fête, l'anniversaire des trois ans qu'on se connaît, l'anniversaire des deux mois qu'Internet ne marche plus, une fête commerciale style St Valentin ou Fête des Grand-Mères, ou simplement pour faire plaisir sans raison officielle. Ce sont généralement les cadeaux offerts par surprise et simplement pour faire plaisir qui font le plus plaisir, car l'attente n'y est pas : là où pour un anniversaire, Noël ou une fête, on a tendance à faire une liste (par écrit ou dans la tête) de ce qu'on aimerait, et donc on peut être déçu car on ne reçoit pas ce qui est sur la liste ; un cadeau surprise fait plaisir déjà par l'intention manifeste d'offrir un cadeau et de faire plaisir, quel que soit le cadeau (hors cadeaux empoisonnés tels qu'un abonnement au club de gym du coin).

 

Du point de vue du bénéficiaire du cadeau, plein de solutions s'offrent à lui selon la situation :

 

  • Le cadeau lui plaît réellement? Merveilleux! Il va donc le porter, l'exposer, remercier réellement celui qui le lui a offert.
  • Le cadeau lui plaît moyennement? Soit il vous le dira, dans ce cas retour au magasin, échange, etc., soit il ne vous le dira pas et portera ou exposera soigneusement ledit cadeau en votre présence, soit il vous fera croire que c'est le plus merveilleux des cadeaux.
  • Le cadeau ne lui plaît pas du tout? Déception et malheur! Mais avec un peu de chance vous le saurez.

Qu'est-ce qui pousse le bénéficiaire d'un cadeau à faire croire à celui qui l'offre que le cadeau lui fait plaisir, alors qu'il s'en fout ou qu'il ne l'aime carrément pas? C'est du social, purement du social : c'est l'idée aussi qu'un mec s'est embêté à chercher un cadeau, donc là c'est l'intention qui compte ; c'est aussi l'idée qu'il y a mis une certaine somme, quelle qu'elle soit, et donc que l'effort financier fourni mérite une récompense qui prend la forme du plaisir du bénéficiaire.

Heureusement que l'intention compte réellement. Pour un cadeau d'anniversaire, le bénéficiaire est généralement content qu'on ait pensé à lui ce jour-là, son jour à lui parmi tous, et recevra de la même manière n'importe quel cadeau, c'est réellement l'intention de faire plaisir et de montrer qu'on pense à lui qui compte ce jour-là. Pour un cadeau de Noël ou d'autres fêtes "commerciales", l'intention vaut même plus que le cadeau en lui-même, car les réunions de famille à ces occasions-là sont des moment où plusieurs cadeaux divers et variés transitent entre les mêmes personnes, et la préoccupation est davantage de savoir si son propre cadeau plaira à l'autre que de juger ce que soi-même on reçoit.

Ce sont surtout les enfants qui se réunissent à la rentrée des vacances de Noël pour comparer ce que chacun a reçu, et c'est généralement là qu'on distingue les familles aisées des familles moins aisées, les enfants uniques des fratries nombreuses.

Pour terminer, une parole d'enfant offrant un cadeau à sa maman pour la fête des mères :

_Tiens, Maman, c'est pour toi.
_Mais c'est une boîte vide, mon chéri, tu as oublié le cadeau?
_Non, c'est pas une boîte vide : je l'ai remplie de tout plein de bisous rien que pour toi.

Margaux Motin en a fait autre chose : c'est ici qu'on clique.

Posté par une chemise à 01:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les cadeaux.

Nouveau commentaire